5 plats à oser tester dans un Bouchon Lyonnais

Dans les bouchons lyonnais, l'intitulé des plats est souvent un frein à la dégustation les termes sont peu appétissants, ou tout simplement inconnus. Nous vous avons concocté une liste des plats à oser tester dans ces bouchons lyonnais.

plats à ser tester dans un bouchon lyonnais

La gastronomie lyonnaise a hérité de traditions culinaires un peu particulières aux yeux de certains gourmets. Les tripes et les abats font partie intégrantes des spécialités lyonnaises, et déclinés sous plusieurs formes. Que cela ne vous effraie pas, s'ils sont toujours cuisinés dans les bouchons et restaurants lyonnais, c'est que ces recettes plaisent toujours, laissez-vous guider. 

 

  • La Cervelle de canut : Comme son nom ne l'indique pas, il ne s'agit pas d'abats mais simplement de fromage blanc frais battu, agrémenté d'échalotes, de ciboulette et de persil finement ciselés, sans oublier la crème fraîche. 
    Les ouvriers de la soie, que l'on appelle les canuts, s'en régalaient à l’heure du mâchon, après leur longue nuit de travail.
  • Quenelle : Sans hésitation, nous pouvons dire que la quenelle fait partie des plats qui ont fait la renommée gastronomique de la ville de Lyon. Il s'agit d'une pâte à base de farine, d'oeufs et de poisson en forme de rouleau. La quenelle est pochée dans l'eau avant cuisson et servie gratinée avec sa délicieuse sauce nantua. Laissez-vous tenter vous ne le regretterez pas.
  • Andouillette : L'andouillette fait partie des plats à base d'abat et des tripes typiquement lyonnais. Composée de veau ou de porc, elle est servie chaude, au vin blanc, panée ou en gratin. Depuis 2015, la fraise de veau, qui était à l'origine de la recette lyonnaise, est réautoriser et reviens chez presque tous les restaurateurs. 
  • Tablier de sapeur : À vrai dire, le nom n'inspire rien de gastronomique et pourtant... Faisant aussi partie de la famille des tripes et abats, le tablier est similaire à une "escalope de gras-double panée", elle est cuite à la poêle, servie chaude avec sa sauce "gribiche" (à base de moutarde).
  • Tête de veau : Dans la lignée lyonnaise des abats et des tripes, on retrouve aussi cette spécialité. Il faut effectivement oser goûter la tête de veau à la lyonnaise, c'est-à-dire à la sauce gribiche ou ravigote et servie avec des légumes vapeurs. Pour les plus authentiques, rendez-vous dans les bouchons lyonnais. 
  • Le Sabodet : Le sabodet est un saucisson à cuire à base de tête de porc hachée, il est cuit dans l'eau et servi en tranche avec des légumes vapeurs, moutarde et cornichons. 
  • La poularde demi-deuil : Plat emblématique de la mère Fillioux, la poularde demi-deuil est repris dans beaucoup de bouchon lyonnais mais aussi dans des établissements gastronomiques lyonnais. Des morceaux de truffes sont insérés sous la peau de la poularde avant de la faire cuire à l'étouffée. La volaille prend alors le subtil goût de ce prestigieux champignon, servie avec des légumes bouillis dans le jus de cuisson. Voilà un plat qui ravira ceux qui n'aiment pas les abats et les tripes. 
Chargement